blog & actualités

29 mai 2018

Workshop A+A Désinfection du 24 au 26 avril : un participant en parle

Le 24 avril, A+A Désinfection donnait le coup d’envoi de son premier workshop annuel, avec pour ambition de sensibiliser les professionnels de l’immobilier à l’univers des insectes et la problématique des punaises de lit.
Fabrice, acteur de l’immobilier genevois depuis près de 20 ans nous a fait le double plaisir de participer au Workshop et de nous confier son avis sur ce qu’il en a retiré.

A+A : Comment avez-vous appris l’événement et pourquoi y avoir participé ?
Fabrice : J’ai reçu une invitation par e-mail. Le sujet des différents parasites des lieux de vie, m’a semblé relevant, car directement lié à mon secteur d’activité. Je me suis donc inscrit.

A+A : Que retenez-vous de cette expérience ?
Fabrice : La somme d’énergie et la technologie engagées pour lutter contre les punaises de lit. J’en ressors avec une meilleure connaissance des moyens de traitement, bien sûr, mais aussi de prévention. J’ai découvert une innovation : A+A Désinfection a élaboré un dispositif calorifère très rapide pour neutraliser puis tuer les punaises de lit sur place. Ce nouveau traitement in situ par la chaleur est un progrès majeur selon moi.
J’ai pu assister à une impressionnante démonstration de détection avec des chiens dressés. Pour l’occasion, A+A Désinfection avait également invité un entomologiste réputé, dont l’introduction nous a fait pénétrer dans un univers nouveau et passionnant.

A+A : Comment allez-vous exploiter ce que vous avez appris durant le workshop ?
Fabrice : Je continuerai à veiller de très près à cet aspect lors de transferts de portefeuille. Jusqu’à ce jour, je n’ai jamais vu une ligne budgétaire liée à la prévention ou la lutte contre les nuisibles. La profession — que ce soit les propriétaires ou les gestionnaires — devrait y songer rapidement pour préserver la salubrité des immeubles.

A+A : Pensez-vous que les acteurs de l’immobilier soient conscients de la gravité de la situation ?
Fabrice : D’une certaine manière, car il est assez fréquent d’être confrontés à l’infestation d’appartements ou de villas du parc locatif ; mais, je ne suis pas certain que les gestionnaires soient suffisamment informés des moyens de prévention, de détection et surtout des mesures à prendre.

A+A : Que pensez-vous de l’idée d’un workshop annuel ?
Fabrice : C’est une initiative unique à Genève ; il serait profitable de la poursuivre chaque année afin que les professionnels se tiennent informés de l’évolution de la situation et des moyens de lutte contre les nuisibles.

A+A : Quels souhaits avez-vous pour le prochain workshop ?
Fabrice : Globalement, j’ai trouvé la première édition très cohérente, on ne nous a pas vendu du A+A.
Nous avons été bien accueillis et rien ne manquait.
Le choix du lieu m’a paru approprié ; la journée s’est déroulée dans le laboratoire d’A+A Désinfection, ce qui nous a permis de constater le sérieux de leurs travaux de recherche ; la chambre type servant aux tests de détection est très réaliste, on se sent réellement dans un appartement. Tout le matériel technique, y compris les étuves, est mis en fonction sous nos yeux, on en sort avec une connaissance concrète.
Une documentation de synthèse nous a été remise à la fin du wokshop, le moyen parfait pour ne rien perdre de ce qui nous a été présenté durant la journée.

Message d’A+A :
Nous avons le plaisir de vous informer que d’autres sujets seront couverts prochainement, notamment les volatiles et les rongeurs, les cafards, etc.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *